L'intelligence artificielle de ChatGPT peut-elle nous remplacer ?

ChatGPT : Parfait pour LinkedIn, médiocre pour débattre

J’étais parti pour écrire un sujet sur « DPO RGPD interne ou externe ? », mais j’ai dérivé sur le sujet du moment « ChatGPT ».

Alors que Microsoft prévoit d’intégrer ChatGPT à son moteur de recherche Bing, pour contrer l’hégémonie de Google, je voulais savoir si on pouvait déléguer notre discernement à une intelligence artificielle.

La réponse est « P’tête ben qu’oui, p’tête ben qu’non ! » (ChatGPT répond « non » à la question).

Sur Internet, deux mondes coexistent ; d’un côté, le couple « conformistes/pensée unique », de l’autre, le couple « polémistes/complotistes ».

LinkedIn et ChatGPT font partie du premier couple, avec leurs échanges policés, parfois mielleux, sans réel débat ; c’est le principe d’une discussion, finalement.

Le problème avec ChatGPT est que l’on voudrait en faire un outil de vérité, d’opinion irréfutable, alors qu’il nous fournit toujours des échanges à l’eau tiède ou des réponses issues de la majorité des informations du web (pensée unique).

Par exemple, à la question du DPO interne ou externe, ChatGPT ne donne aucune information permettant de décider ou de se faire une option. La question du budget n’est pas abordée : le salaire d’un DPO interne varie de 3 500 à 5 000 euros brut mensuel. Avec cette précision, une TPE ou un solopreneur peut facilement se décider.

ChatGPT aurait pu répondre « le choix d’un délégué RGPD est comparable à celui d’un expert-comptable. TPE/Solo = tout déléguer en externe, PME+ = comptable interne + Expert-Comptable externe ».

Pour cette question, LinkedIn serait plus efficace que ChatGPT, parce qu’on y trouve de vrais experts, des entreprises qualifiées dans leur domaine de compétence. Je suis sûr que l’on aurait une réponse utile sur le choix d’un DPO RGPD. Tandis que ChatGPT se contente de synthétiser des textes souvent rédigés par des auteurs professionnels dans un but publicitaire, forcément biaisé.

Alors, si vous êtes paresseux du « bulbe » ou si vous êtes toujours pressé, vous changerez bientôt de moteur de recherche pour Bing. Sinon, vous continuerez à chercher, lire, dégrossir, recouper les informations pour vous faire une opinion digne de ce nom !

Mon échange avec ChatGPT

Faut-il externaliser la fonction de délégué à la protection des données ?

[ChatGPT] Il est possible de choisir de confier la fonction de délégué à la protection des données (DPO, Data Protection Officer en anglais) à un prestataire externe. Cette décision dépend de la taille de l’entreprise et de la nature de ses activités.

Dans certaines entreprises, il peut être plus efficace de confier cette fonction à un prestataire externe, par exemple si l’entreprise n’a pas suffisamment de ressources internes pour assurer cette responsabilité ou si elle souhaite bénéficier de l’expertise et de l’expérience d’un professionnel spécialisé dans la protection des données.

Il est également possible de nommer un DPO interne, qui sera responsable de veiller à la conformité de l’entreprise aux réglementations en matière de protection des données. Dans ce cas, il est important de s’assurer que le DPO dispose des compétences et de l’autorité nécessaires pour remplir cette fonction de manière efficace.

Il n’y a pas de réponse unique à la question de savoir s’il faut externaliser la fonction de DPO ou la confier à un salarié de l’entreprise. La décision dépend de la situation de l’entreprise et de ses besoins spécifiques en matière de protection des données.

Peut-on déléguer notre discernement à ChatGPT ?

[ChatGPT] Il est impossible de déléguer votre discernement à un programme informatique comme ChatGPT ou à tout autre outil de traitement de l’information. Le discernement est une qualité propre à chaque individu et il est impossible de le transférer à un programme informatique.

Les programmes informatiques, comme ChatGPT, peuvent être utilisés pour traiter de l’information et fournir des suggestions ou des recommandations, mais il revient toujours à l’utilisateur de faire preuve de discernement et de prendre ses propres décisions en fonction de ses propres valeurs et de ses propres objectifs.

Il est important de se rappeler que les programmes informatiques ne peuvent pas remplacer l’intelligence humaine et qu’il est nécessaire de rester vigilant et de faire preuve de discernement lorsqu’on utilise ces outils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.